Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La Jeunesse de Sherlock Holmes, T1 : L'Oeil du corbeau
La Jeunesse de Sherlock Holmes, T1 : L'Oeil du corbeau Critique de
La Jeunesse de Sherlock Holmes, T1 : L'Oeil du corbeau
par Shane Peacock
chez Milan
25 septembre 2008
» voir la fiche bibliographique
par
Max B.
Ses autres critiques
A oublier.... Mars 10, 2013

Je dois avouer que j'ai lu ce "pastiche" avec un peu de réticence, la littérature holmésienne pour 10/12 ans étant bien riche en déception : Nancy Springer, Mack/Citrin and so and so.....
Ce bouquin nous présente un Sherlock de 13 ans, dont les parents ne sont plus des propriétaires terriens, mais une fille de bonne famille née Rose Sherrinford, et un juif désargenté prénommé Wilber. Ce couple vit chichement, la famille Sherrinford ayant renié leur rejeton pour cette union morganatique. Le couple a 3 enfants, l'ainé, Mycroft (qui n'apparait pas), travaille on ne sait où, un petit emploi de fonctionnaire, une fille, Violet, est morte en bas âge.
Pour ce qui est de Sherlock, il va être amené à enquêter sur un meurtre crapuleux pour lequel un arabe nommé Adalji Mohamed est inculpé. Y-a-t-il un lien de parenté avec l'Edalji que Conan Doyle sera amené à défendre plus tard ? Question âge, il pourrait s'agir de son père, Edalji étant né en 1876....
Lors de cette enquête, le jeune Holmes est amené à rencontrer rien moins que Conan Doyle, veuf, et sa fille Irene, un certain Malefactor (un rapport avec Drago Malefoy ?), chef d'une bande d'Irregulars, passionné de mathématiques (tiens, tiens...) et dont le passé est chargé de sombres mystères, mystères qui nous seront révélés, on n'en doute pas, dans les volumes suivants.
Ce décor posé, on a une intrigue peu consistante, à la résolution affligeante de banalité quant à l'identification du coupable. Ce bouquin néanmoins se lit facilement (n'oublions pas que c'est un bouquin pour enfants), phrases courtes et simples, mais ne donne pas du tout envie de lire les autres opus de cette série (4 volumes pour le moment) qui d'ailleurs n'ont pas encore été traduits, 5 ans après la parution de celui-ci.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite