Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes Crime Alley, T1 : Le Premier problème
Sherlock Holmes Crime Alleys, T1 : Le Premier problème Critique de
Sherlock Holmes Crime Alleys, T1 : Le Premier problème
par
chez Soleil
9 janvier 2013
» voir la fiche bibliographique
par
Benedicte S.
Ses autres critiques
Ses premières armes... Février 12, 2013

On devrait punir de cent coups de fouet les auteurs qui terminent leurs albums par un tel cliffhanger qui m'a laissé avec le palpitant en compote et l'envie de secouer la bédé afin de m'assurer que quelques pages cachées n'allaient pas en sortir.

Peau de balle ! J'en suis quitte à me ronger les ongles avant de pouvoir découvrir la suite de cette excellente bédé qui nous conte la jeunesse du détective qui n'est pas encore au 221b et donc, sans Watson, of course.

Sherlock Holmes jeune, c'est tendance, ces derniers temps... tant mieux.

C'est avec le plaisir d'un gosse devant un paquet de bonbons que j'ai accueilli cette nouvelle ponte de Cordurié : cet oeuf est le quatrième diptyque pour la collection "1800", après deux tomes de "Sherlock Holmes et les vampires de Londres" et un de "Sherlock Holmes et le Nécronomicon".

Si j'avais fait la moue avec les dessins de Laci pour les 3 précédents tomes de la collection, j'ai apprécié ceux de Nespolino.

A première vue, en feuilletant en vitesse, Holmes, bien que jeune, n'a pas une tête de gamin.

Quand aux couleurs et aux décors (même s'ils ne sont pas "de Roger Harth" et malgré le fait que les costumes ne soient pas "de Donald Cardwell") le tout est admirable.

En profondeur, rien à redire : les planches sont de qualité, les différents personnages sont bien campés et les ambiances... Magnifico ! Une fois de plus, j'étais dans Londres.

Et qu'est-ce qu'il se passe à Londres ? Des choses graves, sans aucun doute, comme le laissent penser les premières cases de la bédé en nous plantant le décor. Et hop, je suis appâtée et intriguée. Encore des bons points.

La rencontre avec Sherlock Holmes a lieu juste après ces 5 pages d'intro intrigantes et notre futur-et-pas-encore-détective assiste au concert d’adieu d’un de ses amis, violoniste virtuose et qui se trouve être son colocataire.

Holmes a un style "jeune dandy"et ses réparties sont teintées d'ironie ou de sarcasme et cela m'a donné quelques éclats de rire tout au long de ma lecture.

"Détective" n'est pas encore un métier pour lui, juste une activité parmi tant d’autres et bien qu'il s’adonne à des investigations policières, c'est juste pour le plaisir. Une autre de ses activité est celle qui consiste à découvrir des ouvrages aussi divers que variés.

Dolce vita...

Tout va bien, donc ? Non ! Une vague d’enlèvements laisse la police désemparée, ce qui donnera lieux à quelques railleries bien senties de la part de Holmes.

C'est une chose que j'ai aimé aussi dans cette bédé, la vie de Sherlock, ses rapports avec ses amis, le tout entrecoupé par des règlements de comptes sur les quais et des tensions entre le chef des malfrats et son fils qui ne semble pas partager les méthodes "paternelles".

Encore un qui aimerait être calife à la place du calife... Point de vue des dessins, ils ne sont pas facile à différencier, le père et le fils.

Alors, comment Holmes va-t-il devenir ce qu'il sera ? Et bien, fallait venir l'emmerder, tiens et c’est la disparition de son ami violoniste qui va l’amener à croiser la route de ces deux chefs d'une bande non fréquentable. M'est avis qu'il aura du fil à retordre avec le fils.

Si vous reprenez le titre de l'album, je pense que vous comprendrez...

Il y a aussi un petit côté "comics" dans l'agencement de certaines cases, surtout dans la dernière page et une manière de dessiner les phylactères inhabituelle, mais que j'ai adoré.

Bref, le dessin est extra, le scénario est bien construit, l'histoire est diablement intéressante et on se demande ce qu'il nous réserve en tome 2 surtout qu'il nous laisse sur ce foutu suspense dont je vous parlais en tête de critique !!

Nondidjû, il atteint un de ces paroxysme avec Sherlock qui se trouve...

Non, vous ne pensiez tout de même pas que j'allais vous le dire ?

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite