Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Arsène Lupin contre Herlock Sholmes
Arsène Lupin contre Herlock Sholmes Critique de
Arsène Lupin contre Herlock Sholmes
par Maurice Leblanc
chez Le Livre de Poche
10 septembre 2004
» voir la fiche bibliographique
par
Méloë
Ses autres critiques
Déception Décembre 17, 2012

Arsène Lupin est, avec Erik (le fantôme de l’opéra, l’un des premiers personnages de fiction dont je sois tombée désespérément amoureuse étant gamine mais il y a bien longtemps que je n’avais pas lu l’une de ses aventures.

Au final, je suis un poil déçue par cette lecture même si j’ai dévoré le bouquin. Maurice Leblanc a voulu faire affronter son héros et Sherlock Holmes et je trouve ça un peu raté, un peu grossier et pas vraiment dans l’esprit des autres titres. Arsène est certes toujours aussi cabot, joueur et amoureux de la mise en scène que d’habitude, mais je n’ai pas retrouvé ici son élégance et ses principes habituels. A vouloir trop nous prouver la supériorité de Lupin sur Holmes, Maurice Leblanc a trahi son personnage, du moins à mon sens. Alors certes, l’humour, la gouaille, la supériorité sont toujours présente, mais notre personnage perd ici sa classe, son élégance, son raffinement. Dommage.

D’autant plus que c’est au service d’une caricature de Holmes et Watson qui ne m’a pas vraiment convaincue non plus. Watson est présenté comme un abruti fini, suivant Holmes comme un toutou sans rien comprendre et se faisant maltraiter par ce dernier. Certes Watson ne comprend pas les raisonnements de Holmes, mais c’est juste que Holmes est supérieurement intelligent à tout le monde et non que Watson est un crétin de première. Personne n’est capable de résonner comme Holmes, c’est tout. Et puis si Holmes rembarre quelques fois Watson, ça n’est jamais aussi violent ; les deux personnages s’apprécient mutuellement et d’ailleurs Watson ne se laisserait jamais traiter de la sorte ! Quant à Holmes, le portrait n’est pas terrible non plus. Il nous est présenté ici comme un personnage petit et rondouillard (sic !), extrêmement banal, ordinaire (ce sont les mots même du texte o_0), doté d’une prétention mal placée. C’est un personnage très peu travaillé, exploité alors qu’il y aurait eu pourtant matière !

Quant à l’intrigue, il ne se passe rien de transcendant puisqu’ il n’y a aucun mystère à élucider… On se contente d’assister à un jeu du chat et de la souris dont on sait forcément comment il se terminera…

Bref, si la lecture de ce roman est divertissante, j'ai été extrêmement par son aspect pastiche.

Pour découvrir le billet complet :
http://leboudoirdemeloe.wordpress.com/2011/05/06/leblanc-maurice-arsene-lupin-contre-herlock-sholmes

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite