Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les Quatre de Baker Street, T4 : Les Orphelins de Londres
Les Quatre de Baker Street, T4 : Les Orphelins de Londres Critique de
Les Quatre de Baker Street, T4 : Les Orphelins de Londres
par
chez Vents d'Ouest
26 septembre 2012
» voir la fiche bibliographique
par
Benedicte S.
Ses autres critiques
Orphelins de Holmes, pas de leur talent ! Novembre 1, 2012

Les trois premiers tomes étaient montés en puissance de manière crescendo, le suivant étant encore mieux que le précédent, l'apothéose étant le numéro trois au point de vue de son scénario.

Pouvaient-ils faire aussi bien que le troisième ? Ou, du moins, ne pas sombrer, comme d'autres avant eux, dans la médiocrité ?

J'avoue que je les attendais au tournant... Ils ne m'ont pas déçus. Le tome 4 tient la route et je me suis régalée.

Pourtant, j'avais eu de la crainte en lisant le résumé qui abordait un hiatus célèbre...

Et oui, Sherlock Holmes n'est plus ! Il a disparu lors d’une ultime confrontation avec le diabolique professeur Moriarty et les journaux annoncent que le célèbre détective aurait trouvé la mort dans les Chutes de Reichenbach…

Nos trois francs-tireurs de Baker Street sont en plein désarroi : leur pygmalion, Sherlock Holmes, est mort. Le plus atteint est Billy Fletcher qui considérait le détective un peu comme un père de substitution.

Ce drame crée des tensions entre eux, au point qu'ils se séparent après une bagarre.

Catastrophe, le trio vole en éclats : Billy, Black Tom et Charlie (accompagnée de son fidèle matou) vont suivre chacun un chemin séparé qui va les mener très vite dans de terribles ennuis.

Le salopard de Bloody Percy, incarcéré, va jouer les filles de l'air, bien décidé à retrouver ces maudits gamins qui l'ont fait arrêter...

Et nos trois compères qui se sont séparés ! Suspense...

Les deux scénaristes ont eu mille fois raison de farfouiller dans les nombreux flous littéraires qui parsèment l'œuvre de Conan Doyle.

Tout en reprenant la référence canonique des Francs-Tireurs de Baker Street et en changeant les noms des personnages, ils nous en ont inventé trois bien sympathiques et ils ont l'art de nous conter les aventures de ces gamins aussi débrouillards qu'attachants.

Nous avions déjà suivi avec eux, dans les tomes précédents, un enlèvement, une série de meurtres et une mission d'infiltration. Pas mal pour des gamins des rues.

Ici, nos trois détectives en herbe sont confrontés à la dure réalité de la vie.

Bon, déjà que l'époque victorienne n'est pas tendre avec les enfants... et les auteurs vont nous en faire découvrir un autre pan avec les larcins qu'il faut commettre pour vivre, la haine viscérale entre Anglais et Irlandais, les "pensionnats" pour jeunes filles, où elles sont exploitées et moins bien considérées que du crottin de cheval écrasé dans la rue.

En tout cas, je tire mon chapeau au dessinateur qui nous retranscrit, d'une manière formidable, l'époque.

Le trait du dessin est toujours aussi pointilleux et les planches de l'album sont, une fois de plus, superbes. Pas de surcharge, un trait clair et de belles couleurs. Des décors aux personnages, rien n'est laissé au hasard.

Quand au scénar, c'est une véritable réussite et je ne me suis pas ennuyée une seule minute.

Il y a du rythme, il est soutenu, l'humour est toujours présent et le fait de suivre les trois - pardon - les quatre parcours de nos amis est un régal. Même le chat Watson a ses cases rien que pour lui.

Avec Percy sur les traces de Billy, Charlie dans son pensionnat, plus les flics sur les talons du "satané noiraud d'Irlandais", pas moyen de s'embêter.

Comment vont-ils s'en sortir ? Les trois amis se remettront-ils ensemble ? Non, pas de spoiler, je resterai muette.

Lisez-le, vous le saurez. Et pas besoin d'être une aficionado du détective de Baker Street pour lire ces bédés. Elles sont pour tout le monde.


---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite