Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le bestiaire de Sherlock Holmes
Le bestiaire de Sherlock Holmes Critique de
Le bestiaire de Sherlock Holmes
par René Reouven
chez Denoel
1 septembre 1987
» voir la fiche bibliographique
par
Eric S.
Ses autres critiques
Animal Crossing Août 3, 2012

Ce roman en quatre parties enchaîne des récits légitimés par les références de Conan Doyle aux affaires non publiées par le Dr Watson, citant des animaux. On y retrouve donc successivement : un cormoran, un rat, un ver, et une sangsue.
"Le cormoran" est une histoire d'espionnage assez complexe située en 1916, en pleine guerre mondiale, qui fait apparaître Mycroft Holmes, le frère de Sherlock, et donne une version de la mort de Lord Kitchener dans les Orcades.
"Le rat" est bien entendu une nouvelle version de l'affaire mettant en scène le "rat géant de Sumatra", ici très inspirée. Parmi les personnages croisant le chemin de Holmes, on trouve Teodor Korzeniowski, alias le futur écrivain Joseph Conrad, qui sera très inspiré par cette aventure (cf. Le nègre du Narcisse) et un marin aux avant-bras très musclés faisant apparaître des ancres tatouées et avouant puiser sa force dans les épinards !
"Le ver" donne l'occasion à Holmes de rencontrer le Professeur Challenger, l'autre héros de Conan Doyle, et un descendant fou de Pierre Louis Moreau de Maupertuis (le philosophe mathématicien ennemi de Voltaire), descendant que l'on devinera plus tard être également le futur personnage principal de l'Île du Docteur Moreau de Herbert George Wells.
"La sangsue", entraîne Holmes aux États-Unis, à Chicago, où il se confrontera à son homonyme Holmes, premier tueur en série américain, qui dans la vraie vie aurait assassiné une centaine de clients dans son hôtel.
Avec ce roman, documenté et sans fausse note, René Reouven confirme son talent et s'impose comme l'un des meilleurs pasticheurs français de l'Holmésologie.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite