Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les passe-temps de Sherlock Holmes
Les passe-temps de Sherlock Holmes Critique de
Les passe-temps de Sherlock Holmes
par René Reouven
chez Denoel
1 septembre 1989
» voir la fiche bibliographique
par
Eric S.
Ses autres critiques
Littéraire, mon cher Watson ! Août 3, 2012

Les passe-temps de Sherlock Holmes, sont illustrés ici par trois nouvelles parodies de René Reouven, toujours rédigées selon les mêmes principes : une allusion à une citation piochée dans l'œuvre de Conan Doyle, évoquant une histoire que le Dr Watson n'a jamais osé ou voulu publier, des personnages célèbres et des faits divers réels, présents ou passés, qui s'inscrivent en toile de fond. Dans les trois récits, les "passe-temps" correspondent à la résolution d'énigmes survenues dans un passé bien antérieur à l'époque des héros de Baker Street, mais qui trouvent un écho dans les enquêtes menées au présent.
Dans "La tragédie des Addleton", Holmes résout le double mystère de l'identité de William Shakespeare, et de la mort de l'écrivain et espion élisabéthain Christopher Marlowe.
Dans "La mort subite du cardinal Tosca", Holmes enquête pour le Saint-Siège et dévoile l'identité cachée d'un pape ayant vécu au Xème siècle, insupportable pour certains courants conservateurs de l'Église Catholique.
Dans "La persécution spéciale", sont évoquées les tentatives de manipulation de Goethe et le mystère du suicide (ou de l'assassinat ?) de Gérard de Nerval.
En définitive, Sherlock Holmes apparaît ici beaucoup plus érudit que policier, en décalage avec la psychologie et les marottes du détective imaginée par Conan Doyle.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite