Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le Testament de Sherlock Holmes
Le Testament de Sherlock Holmes Critique de
Le Testament de Sherlock Holmes
par Bob Garcia
chez du Rocher
7 mars 2007
» voir la fiche bibliographique
par
Eric S.
Ses autres critiques
A déconseiller aux âmes sensibles Août 3, 2012

Le testament de Sherlock Holmes suppose la mort de Sherlock Holmes, ce qui au départ frôle la faute de goût (les circonstances de la mort de Holmes restent par ailleurs très peu éclaircies). Le fameux détective apparaît heureusement dans un récit du Dr Watson, prenant la forme d'un long "flashback" lu à haute voix à la demande de Holmes par le notaire exécuteur testamentaire, chez qui sont réunis Watson, Lestrade et Mycroft Holmes.
Le récit retrace une enquête difficile de Holmes, accumulant des crimes d'une violence extrême. Certaines scènes atteignent l'innommable, laissant le lecteur au bord du malaise. Nous sommes loin de l'atmosphère feutrée des énigmes de Conan Doyle, et c'est à mon avis le défaut majeur du livre (à déconseiller aux âmes sensibles, signale la jaquette du livre).
Nous découvrons un Holmes impuissant qui semble subir l'enquête en ayant toujours un crime de retard, un Dr Watson fiévreux et malade plus souvent qu'à son tour qui ne cesse de faire des cauchemars, un inspecteur Lestrade qui se fourvoie systématiquement et parvient immanquablement à faire condamner des innocents. Des actes de barbarie atroces et impunis se succèdent ainsi pendant 360 pages oppressantes, ce qui finit par lasser. Puis Holmes reprend la main sur le récit, après celui de Watson (il reste encore 100 pages à lire), et soudain, un fil conducteur surgit, les pièces du puzzle se mettent progressivement en place, la vérité enfin éclate.
Une mince lueur d'espoir finale dans l'épilogue éclaire d'un angle nouveau la noirceur du roman : Holmes le manipulateur ne nous aurait-il pas refait le coup des chutes du Reichenbach, pour prendre à nouveau quelques vacances bien méritées ?

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite