Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » L'Affaire des vierges de glace
L'Affaire des vierges de glace Critique de
L'Affaire des vierges de glace
par Sophie Bellocq-Poulonis
chez Oeil du Sphinx
16 décembre 2007
» voir la fiche bibliographique
par
Eric S.
Ses autres critiques
Vierges en terrain connu... Août 3, 2012

Ce court roman, d'une centaine de pages, exploite (une fois encore) la présence simultanée qui n'aura échappé à personne de l'Éventreur et de Sherlock Holmes à Londres en 1888. Le canon est ici respecté à merveille, tant sur la forme que dans l'approche (pas d'idée "géniale" et iconoclaste à la Michael Dibdin, pas de description sanguinolente à la Bob Garcia, ce qui n'est pas plus mal).
Le roman démarre par un avertissement qui est un modèle du genre. Après une mise en garde sur les nombreux récits apocryphes plus ou moins douteux, il nous faut bien admettre l'évidence : Sherlock Holmes n'est pas un personnage de fiction et nous devons ce livre au fils du Dr Watson, unique dépositaire des fameuses notes relatives aux "untold stories" !
La suite se compose de chapitres très structurés aux titres évocateurs que n'aurait pas renié sir Arthur Conan Doyle. On peut regretter cependant un style un peu scolaire (l'exposé des crimes de Whitechapel, synthétisé dans un tableau par le Dr Watson comme pour la présentation d'une thèse), l'histoire de l'Éventreur finalement plaquée et peu intégrée à l'enquête principale, les rôles très secondaires des personnages féminins trop peu exploités, les aveux trop faciles et trop spontanés du principal suspect, la description illustrée et hors sujet d'une partie d'échecs se jouant entre Holmes et Watson à la fin du roman. Malgré ses quelques petits défauts, ce roman stylé garde constamment une tonalité sympathique.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite