Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes et l'arme secrète
Critique video
Sherlock Holmes et l'arme secrète
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Un film de propagande Mars 26, 2005

Non canonique, cette histoire se déroule pendant la seconde guerre mondiale.
Si l'intérêt de la série "Bach Films" est pour moi plus historique (au sens d'apprendre un peu de l'histoire Holmésienne) qu'hédonique -les intrigues sont bien peu subtiles, même si lointainement parfois inspirées du canon-, on est quand même, avec "L'arme secrète", en pleine Histoire : un film américain de 1943 est nécessairement un film de propagande. C'est une déception de voir un Holmes à la botte de l'Etat, même en guerre, quand on connaît la morale bien personnelle qui caractérise l'original.

Je ne sais pas pourquoi je m'obstine à voir les SH qui me tombent sous la main dans cette série, les "Bach Films"... Mes expériences précédentes (La femme en vert, la clé, le train de la mort) de S.H. dans cette collection étaient énervantes : sous-titrages bourrés de fautes d'orthographe, rendu peu fidèle des dialogues... Cette fois, il y a du progrès réel en matière d'orthographe, mais pour quoi un sous-titrage si petit ?!

On sait bien que pour plusieurs générations précédentes, au même titre que pour moi Jérémy Brett EST S.H., c'est, comme ici, Basil Rathbone qui l'incarnait... Personnellement j'ai beaucoup plus de mal avec Rathbone, incarnant un Holmes bien peu "profond", qu'avec l'interprétation de Nigel Bruce, en Watson un peu "gamin" capricieux, parfois pris en faute, désopilant. Lionell Atwill en Moriarty est veule à souhait, ne rendant pas non plus la densité qu'on serait en droit d'attendre d'une transposition à l'écran d'un tel personnage. Mais cette "naïveté" est certainement également une caractéristique d'un cinéma populaire de l'époque.

En résumé, et comme de surcroît c'est un DVD à petit prix, on pourra voir "S.H. et l'arme secrète" plus pour se donner une idée du détournement d'un personnage à des fins de propagande que pour retrouver une intrigue subtile ou des déductions dignes du "maître".

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite