Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes, T2 : Les Origines
Sherlock Holmes - Les Origines, T2 Critique de
Sherlock Holmes - Les Origines, T2
par
chez Soleil
21 mars 2012
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
ça va chauffer à Londres ! Mai 13, 2012

Second et dernier album des origines de Sherlock Holmes. Le premier m'avait déjà bien plu, avec ses crimes sordides évoquant la mort de chacun des Césars (il y en eu douze), même si j'ai oublié de publier une petite critique.

Cet album clôt le cycle de la rencontre entre Holmes et Watson, les auteurs les ayant fait se rencontrer avant "Une étude en Rouge", impliquant aussi, bien avant l'heure, des personnages canonique dans cette histoire.

Cela ne gênera pas les non connaisseurs et les puristes auront un petit plus, puisque qu'ils ont lu le canon.

L'aventure, tout en continuant sur les meurtres sordides, englobera aussi celle du "Gloria Scott (bien connue des holmésiens), sans oublier le personnage de Victor Trévor, seul ami de Holmes au collège.

L'album est un comics et non une bande dessinée habituelle. Les couleurs sont sombres, il y a beaucoup de traits sur les visages, les rendant moins esthétique, de ce fait. Sinon, il se lit facilement, même si le Holmes de la couverture est différent de celui de l'intérieur (surtout plus flagrant sur la couverture du premier album).

Par contre, je salue une mise en scène des auteurs, nous faisant passer du présent à des évènements se déroulant dans le passé d'une manière très subtile.

Je m'explique : nous voyons la tête du pendu, couché au sol après sa dé-pendaison, ensuite, la case suivante, juste en dessous, nous retrouvons la même tête, mais dans un décor différent, l'homme étant endormi et hop, le récit du passé commence.

Dans une autre case, plus loin, on frappe à la porte de la chambre "scène de crime" dans laquelle Holmes et Watson se trouvent, et la case suivante, à l'autre page, nous sommes ailleurs, avec un policier qui frappe à la porte de son supérieur.

Belle manière de mettre du suspense ou de passer à un récit dans le passé.

Juste un petit bémol, dès la première case, on voit Holmes se coiffer d'un deerstalker, la fameuse casquette à double visière, juste bonne pour les balades à la campagne.

Dans cet album, nous découvrirons aussi la tête du Grand Méchant, totalement givré, une invention diabolique qui servit assez bien dans les temps passé et que l'on nommait "le feu du diable".

Le méchant expliquera pourquoi il a fait tout ça (les méchants parlent toujours trop), ses origines lointaines et nous donnera l'explication de son nom de famille.

Pourquoi pas ? On a déjà entendu pire.

Je m'en voudrais d'oublier de vous signaler que notre jeune Sherlock Holmes m'a rempli de joie avec une scène qui sera LA scène de l'album (pour moi).

Je ne vous dis rien de plus.

Au final, nous avons Holmes et Watson qui emménagent au 221b et qui se retrouvent, ensuite, avec un Lestrade, sur une scène de crime, où le policier leur parie un mois de son salaire qu'une femme nommée Rachel est impliquée dans le meurtre.

Erreur, Lestrade !! Le grand "RACHE" inscrit en lettres de sang sur le mur signifie "Vengeance" en allemand...

The game is afoot !

J'ai passé un bon moment avec les deux albums et je vais relire le premier pour me remettre tout en mémoire et ne pas oublier de me fendre d'une petite critique positive.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite