Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes et le mystère du Palio
Sherlock Holmes et le mystère du Palio Critique de
Sherlock Holmes et le mystère du Palio
par Luca Martinelli
chez Joelle Losfeld
7 avril 2011
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Holmes à la sauce spaghetti Mai 12, 2012

Voilà un agréable petit pastiche qui fait plaisir à lire. L'action se passe durant le grand hiatus de Holmes et nous le retrouvons en Italie.

Un des agents étant accusé d'une meurtre qu'il n'aurait aucune raison de commettre, Holmes est envoyé, incognito, bien évidemment (seul son frère Mycroft sait QUI il est), dans la ville de Sienne, en effervescence à cause de la proximité du Palio, la fameuse course de chevaux.

L'enquête ne casse pas trois pattes à un canard, mais elle a le mérite d'être simple, pas tirée par les cheveux et, ma foi, ce sont celles là qui vont le mieux à un roman sur Holmes.

Bref, une agréable enquête à suivre en compagnie de Sherlock qui n'est pas seul car il est accompagné du fils de l'aubergiste (un enfoiré de première, cet aubergiste), un gamin d'une huitaine d'années.

Entre le détective et l'enfant naît une amitié car notre homme le prend sous son aile, le soustrayant à son père qui a la main un peu lourde. Le gamin est en admiration pour le monsieur, sans savoir qui il a vraiment devant lui, Holmes étant censé être mort.

L'homme de Baker Street s'adoucira un peu devant cet enfant qui ne demande qu'à apprendre et dont le père trouve ça stupide, étant une perte de temps car il veut faire travailler son fils. Un véritable esclavagiste, cet homme.

C'est un petit plus que j'ai bien aimé dans cette aventure, le fait que Holmes ait un gamin pour le seconder, et j'ai quitté le livre avec regret.

L'ambiance du roman était agréable, on avait envie de continuer à lire, il n'est pas trop gros, pas de risques de tourner en rond, même si, à un moment, on lambine un peu. Juste très peu...

Bref, un chouette petit apocryphe qui mérite d'être connu. Agrémenté de quelques déductions holmésiennes et d'une résolution d'enquête à laquelle je ne m'attendais pas (non, je n'avais pas trouvé le coupable !).

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite