Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » L'instinct de l'équarrisseur
L'instinct de l'équarrisseur Critique de
L'instinct de l'équarrisseur
par Thomas DAY
chez Mnémos
1 mars 2002
» voir la fiche bibliographique
par
Guillaume Lequien
Ses autres critiques
Rafraîchissant Mars 4, 2012

Un pastiche de Sherlock Holmes dans une collection dédiée à la Science Fiction, il y avait de quoi repousser l'amateur en lui faisant imaginer d'avance son héros aux prises avec des machines futuristes et des elfes magiques... et pourtant la lecture de ce livre s'est révélée une agréable surprise dans l'ensemble.

La première partie est à mon sens la plus réussie, c'est-à-dire celle où prévaut l'atmosphère "Sherlock Holmes vs Jack l'Eventreur", moyennant l'idée de 2 univers parallèles, l'un où c'est un Holmes sanguinaire qui enquête, l'autre où c'est Arthur Conan Doyle qui s'allie à Oscar Wilde pour démasquer l'éventreur. Les énigmes en elles-mêmes ne s'étirent pas en longueur et ne cherchent pas à briller par une solution originale, car l'accent est plutôt mis sur les relations entre les personnages, à commencer par la vie privée de Doyle, l'ambiguïté de la relation Holmes/Watson, l'intervention décalée de Wilde puis celle de Jack London dans la suite.

Je suis plus réservé sur la suite, avec un "entr'actes" un peu long consacré au couple Moriarty/Shiva autour de leur quête de l'immortalité. Autant le principe de la thanatine et du plaisir pris à tuer était bien trouvé, autant le détour par la civilisation extra-terrestre worsh ne s'imposait peut-être pas, y compris les ultimes courses poursuites avec robots préhistoriques.

Néanmoins dès que nous recommençons à suivre Holmes la lecture redevient réjouissante, notamment avec sa brève mais hilarante confrontation avec Freud. Holmes est présenté sous un aspect sombre qui ne lui va pas si mal, certes il ne s'agit pas d'un pastiche classique respectueux du caractère de chaque personnage, mais l'approche de Thomas Day est rafraîchissante, et je recommande cette lecture à tout amateur qui n'aurait pas peur de sortir de l'ordinaire.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite