Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Oscar Wilde et le nid de vipères
Oscar Wilde et le nid de vipères Critique de
Oscar Wilde et le nid de vipères
par Gyles Brandreth
chez 10/18
6 octobre 2011
» voir la fiche bibliographique
par
Max B.
Ses autres critiques
Un feu d'artifice.... Janvier 2, 2012

Comme dans le premier volume (le seul que j'aie lu jusqu'alors et que j'avais critiqué en son temps), ce n'est pas tant l'intrigue policière qui compte que tout l'arrière-plan, qui ne mérite d'ailleurs pas du tout d'être qualifié ainsi puisqu'il est le principal intérêt de cet excellent bouquin. Je ne suis pas un spécialiste de Wilde, mais il me semble que Brandreth, qui lui l'est, spécialiste de l'ami Oscar, nous restitue très fidèlement son idiosyncrasie, nous le rend très vivant, vraisemblable, presque familier, et nous fait nous sentir remarquablement en empathie avec lui. Brandreth aime Oscar Wilde, et il sait nous le faire aimer. Plus terne est ACD, qui mène l'enquête aux côtés de Wilde, mais quelle envahissante et lumineuse présence a ce dernier qui nous assaille de tantn de bons mots, d'aphorismes spirituels, de remarques cyniques, ironiques, caustiques, qu'on ne voit plus que lui. Disons-le,ce roman lui doit beaucoup, sinon tout. La pertinence de ses déductions très sherlockiennes est peut-être moins conforme à la réalité du personnage, mais n'oublions pas que nous sommes quand même dans un polar....
Brandreth a donc mis tout son art dans le personnage de Wilde, et a un tant soit peu négligé ACD qu'il me semble avoir façonné à l'image de Watson, avec ses indignations, ses cas de conscience, sa rigidité, sa pudeur, et son conformisme très victorien. Dommage...
Autre personnage connu, Bram Stocker.
Ce récit se compose d'extraits des journaux de Robert Sherard (biographe de Wilde) et d'ACD, entrecoupés de messages de Bram Stocker à sa femme (laquelle le préféra à Wilde), d'ACD et de Wilde à leur épouse respective. Ce qui donne une narration très vivante, et un roman qui se dévore. On en redemande, ça tombe bien, il y en a deux autres (voir bibliographie).

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite