Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes : L'ombre de Menephta
Sherlock Holmes, T3 : L'ombre de Menephta Critique de
Sherlock Holmes, T3 : L'ombre de Menephta
par
chez Soleil
1 janvier 2001
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
La vengeance de la momie qui tue... et j’suis morte d’ennui. Décembre 31, 2011

La couverture avec une momie en arrière-plan de Holmes, Watson et Big Ben ne laissait planer aucun doute et les deux premières pages m’ont fait soupirer. Serait-il possible que les albums de bande dessinée avec Holmes commencent tout simplement par un bon crime, sans qu’interviennent un vampire, une momie, un rat géant, une béquille transformée en fusil, un fakir de méchante humeur, une secte satanique, ... ? C’est saoulant, à la fin. Les bons vieux assassins bien de chez nous seraient-ils en voie de disparition ? Sans doute.

En plus, ce cliché hitchcockien d’ombres chinoises projetées sur le mur, ce poignard en suspension dans les airs et la victime qui reste pétrifiée de terreur comme un lapin ébloui par les phares d’une voiture, c’est trop. Le meurtrier fait durer le plaisir avant de planter le couteau dans sa victime, transformant la scène en grotesque, style cinéma de série Z. On a envie de crier : « Mais poignarde-le, qu’on en finisse ». Ouf, il le fera.

Dans les pages suivantes, ce sont les références canoniques. Nous découvrons Holmes qui se fait remettre la légion d’honneur pour l’arrestation de Huret, l’assassin du boulevard. Il porte un beau costume, mais quand on le retrouve sur le quai d’embarquement, il porte la macfarlane, comme par hasard ! Holmes se plaint ensuite de l’affaire, pensant trouver en France une énigme à sa mesure. Que nenni ! Il dit à Watson qu’elle ne présentait que quelques difficultés, une affaire banale, somme toute, celle de l’assassin Huret. Watson lui rappelle, fort à propos, que l’assassin a fait huit victimes et Holmes aura cette réponse sur laquelle je tire à boulets rouges : « La quantité importe peu. Le problème était médiocre ». C’est faire peu de cas des victimes et c’est indigne de lui.

Les autres références canoniques seront nombreuses et j’ai relevé REDH et BRUC dans les allusions pas très fines.

Je soulignerai, en premier, les bons points, tels que le fait de passer des bas-fonds londoniens à un salon richement pourvu, le tout en quelques cases. « Nous nous élevons dans l’échelle sociale », dira Holmes. Encore un autre bon point qui relève le niveau : les petites phrases mi-humoristiques mi-sarcastiques qu’adressera Holmes à Watson ou à Lestrade, ainsi que son étalage de sa science du baritsu, combinée de combat à la canne et rehaussée de jiu-jitsu. Sans oublier la présence des Irréguliers.

Une mention spéciale à un trait d’humour très noir (j’aime ça, certains le trouveront déplacé) quand un des protagonistes anglais signalera à son camarade allemand que « seul le travail rend libre ». Le camarade allemand trouvera la formule jolie et pensera à s’en souvenir. Humour noir, je vous le disais.

Bon, passons aux mauvais points qui sont importants et font couler le tout. Commençons en douceur :
- Les archéologues qui manipulent des papyrus plus vieux que Mathusalem comme si c’était le journal du jour. Aucunes précautions !
- Le majordome du Club Diogène qui ose dire, à voix haute, dans le salon où personne ne peut parler, que les règles du club sont la discrétion et le silence. Voilà qui est fort « anti-canonique » et à l’encontre de la règle du club. Que diable, ils n’étaient pas dans le salon des étrangers. Et les autres regardent Watson de travers parce qu’il se mouche alors que l’autre à parlé ?
- Les dessins de Holmes... Bof, pas terribles avec son menton pointu.
- Allemands très clichés, ne manque que l'uniforme noir.
- Pas de Moriarty, mais (encore et toujours) le cousin turbulent (et allemand) de la reine Victoria et ses petits complots à l’arme secrète (un must, ces derniers temps). Si vous ne voyez pas de « qui » je parle, filez interroger l’encyclopédie gratuite. J’ai relevé aussi une grosse allusion au film « La vie privée de Sherlock Holmes » avec l’attitude de la reine dans les dernières cases. Mais celle-là, je est à ranger dans les bons points.
- Beaucoup trop de fantastique et je ne sais pas ce qu’un peuple perdu vient faire dans tout ça. Que les légendes restent dans l’univers fantastique ou dans les fanfictions. Les armes fabuleuses aussi, même si celle là existe bel et bien.

Un bon meurtre, avec un bon vieux mobile, et ils auraient pu faire une chouette enquête, même sur fond de malédiction à la momie égyptienne.

Là, on sombre dans le grand n’importe quoi. En plus, Holmes tombe toujours sur des hommes de sa taille et de sa corpulence quand il doit se déguiser. Un peu trop facile.

Non, au final, je n’ai que moyennement aimé l’aventure.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite