Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Élémentaire mon cher... lock holmes
Critique video
Élémentaire mon cher... lock holmes
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Une bonne parodie ! Décembre 9, 2011

Ah, quel plaisir de revoir ce film presque vingt ans après... Oui, la première fois que je l’avais vu, c’était à la télévision, dans les années 90. Le titre et surtout le résumé m’avaient intriguée et j’avais décidé de le regarder, pas très rassurée, je l’avoue. Quoi ? On osait se moquer de mon détective préféré ? De sceptique notoire, je suis passée à conquise ! Vingt ans après, je le suis toujours.

Bon, le film est à prendre au second degré et il faut savoir se moquer de sa passion pour le détective de Baker Street. Jamais je n’aurais pensé, en le voyant la première fois, que ce film me ferait sourire de manière jubilatoire durant toute sa durée.

Le trait de génie du réalisateur, c’est d’avoir changé les rôles ! Il fallait penser à tourner une parodie avec un Watson obligé d’engager un cabotin pour personnifier un détective de son invention (Holmes).

Le docteur Watson est interprété par un Ben Kingsley magnifique, intelligent, loin d’un Nigel Bruce... Et Holmes, en crétin patenté, cela valait le coup de voir ça une fois dans sa vie. Michael Caine le réussit avec brio, jouant les crétins d’une manière si naturelle que cela passe comme une lettre à la poste. Holmes qui court après les femmes, les regarde se déshabiller par le trou de la serrure, fallait oser !

Les premières images du film nous entraînent sur une parodie de la nouvelle La Ligue des rouquins d'Arthur Conan Doyle. Holmes/Kincaid déclame son texte et tout le monde s’y laisse prendre, moi y comprise, la première fois. Ensuite, il se fait tirer les oreilles par Watson parce qu’il est sorti de son texte une fois de trop. Tout au long du film, les références aux nouvelles de Sherlock Holmes seront abondantes.

Le film tournera ensuite autour de la disparition d'un imprimeur de la monnaie royale Britannique. Notre pauvre Watson sera bien obligé d’aller rechercher Holmes/Kincaid puisque personne ne veut traiter avec lui. Le voilà prisonnier de sa chose. Lui qui s’en était débarrassée !

Une scène m’a interpellée : à un moment, Holmes/Kincaid joue avec les éprouvettes de Watson et évidemment, cela explose. Quand Watson arrive dans le salon, tout est brûlé, fichu... Dans le fauteuil, nous découvrons Holmes en train de lire le journal, planqué derrière ce morceau de papier. C’est quand il l’abaisse pour nous faire découvrir son visage rendu noir à cause de l’explosion que la scène m’a fait penser à celle où Watson/Jude Law abaisse son journal dans le premier opus de Ritchie. Bon, Jude Law n’avait pas le visage noir, mais la scène si semblable m’a fait sourire. Clin d’oeil de Ritchie ou pur hasard ?

Mention spéciale à Wiggins, le gamin qui aide Watson et qui donnera un sérieux coup de main à Holmes/Kincaid, ainsi que madame Hudson. Moriarty est bien entendu de la partie ! A la différence qu’il en a après Watson...

Une scène que je trouve magnifique est celle de Holmes/Kincaid est devant un tableau noir, essayant de trouver le lien entre Moriarty et l’affaire.

En conclusion, le film est très plaisant à voir ou à revoir. Je le conseille vivement, même si les bonus sont quasi inexistants et que je ne savais pas le regarder en V.O. sous-titré français. Le titre, traduit en français, a changé. Au lieu de « sans indice », ils nous ont sorti « Elémentaire, mon cher... Lock Holmes ». Je suppose qu’ils ont voulu s’amuser avec le fameux et anti-canonique « Elémentaire, mon cher Watson » en jouant sur la prononciation du prénom « Sherlock », le transformant ainsi pour l’adapter au film, puisque c’est Holmes qui doit recevoir les éclairages de Watson.

Le film gardera une saveur particulière pour moi, l’ayant regardé, la première fois (années 90, donc), chez ma grand-mère (pour le voir au calme, ma grand-mère ne parlant pas beaucoup durant les films), non loin du poêle à charbon qui me chauffait la couenne. Une vraie madeleine de Proust, ce film !

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite