Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le Testament De Marie-Madeleine - Une Enquete Mortelle
Le Testament De Marie-Madeleine - Une Enquete Mortelle Critique de
Le Testament De Marie-Madeleine - Une Enquete Mortelle
par Laurie R. King
chez Michel Lafon
8 juin 2006
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
On se prend pas la tête ! Novembre 29, 2011

Heu ? En voyant le titre, je m’attendais à plus d’ésotérisme que cela. Le testament de Marie-Madeleine est peu présent dans l’histoire, si ce n'est au début et à la fin, le milieu étant centré sur l’enquête que mèneront de concert Holmes et sa femme pour trouver l’assassin de Dorothy Ruskin. Cette dernière avait de la suite dans les idées lorsqu’elle fit en sorte que Holmes mène l’enquête après sa mort (elle se savait menacée).

Une "enquête mortelle" disait le titre ? L'enquête la plus inquiétante de Mary Russel et Holmes ? Je ne me suis pas trop inquiétée, merci et l'histoire n'était pas mortellement ennuyeuse, même si pouvait mieux faire. La lecture est plaisante pour un après-midi de détente, sans se casser la tête et Holmes fait moins « vieux con » que dans le tome deux(pardon à LUI).

Leur enquête est assez longuette, lente, mais je ne me suis pas endormie sur le livre pour autant. Holmes montre peu son affection pour sa femme, juste par des petits gestes lorsqu’ils sont seuls. Avec un homme tel que lui, ça vaut toutes les démonstrations romantiques du monde ! Sinon, j’aurais mieux aimé un peu plus de détails croustillants. On est obsédée ou on ne l’est pas...

Un certain Raphaël avait porté à ma connaissance une erreur dans le livre et il avait raison. Laquelle ? Je vais vous la fournir, petits curieux ! En 1915 et Mary Russel à 15 ans. Hors, dans ce roman, nous retrouvons Holmes et Russel en 1923 (huit ans plus tard, donc) et là, Russel à... 33 ans !!! En huit ans, elle a vieilli de 18 ans ? Heu... Violent !

Dans "Le cercle des héritières" (tome 2) qui se déroulait en 1920, elle a atteint la majorité et là, le calcul est bon si l'on considère qu'elle est née en 1900.

Soit l'auteur a fait comme Conan Doyle et n'a pas vérifié ses données en écrivant, soit elle a fait une erreur de calcul, soit le traducteur avait forcé sur le whisky et en écrivant "33 ans" à Mary, il voulait en fait inscrire "23 ans" ce qui serait plus logique.

Pour en avoir le coeur net, j'ai été attentive en lisant le roman et revérifié ensuite dans les deux autres : en effet, erreur du traducteur (ou il a traduit ce qu'il a lu, dans ce cas, erreur de l'auteur) car à un moment donné dans "le testament" Mary Russel dit que cela fait 8 ans qu'elle collabore avec Holmes. 15 ans plus 8 ans sont égaux à 23 ans. CQFC – Ce Qu’il Fallait Calculer ! Merci donc à Raphaël de me l’avoir signalé. Cela n’aurait peut-être tilté dans mon esprit étant donné que cela faisait longtemps que j’avais les deux premiers opus.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite