Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Holmes, T2 : Les Liens du sang
Holmes, T2 : Les Liens du sang Critique de
Holmes, T2 : Les Liens du sang
par
chez Futuropolis
6 novembre 2008
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Un deuxième tome presque à la hauteur du premier Novembre 29, 2011

Un deuxième tome presque à la hauteur du premier. Parfait à tous les points de vue que ce soit pour les dessins, encore une fois, très soignés et élégants que pour le scénario, même s’il ne se passe pas grand-chose.

Cette fois-ci, Cecil utilise deux types de dégradés : toujours des teintes de bleu acier, de blanc et de noir (comme pour le premier tome) pour la période consacrée à 1891 et du sépia pour les autres périodes antérieures à la naissance de Holmes (celles de la rencontre entre Siger Holmes et une des filles Sherrinford). Ses dessins sont toujours aussi bien réalisés. C’est du vrai dessin, pas des p’tits Mickeys !

Le scénario est un peu plus lent mais j’ai éprouvé à sa lecture autant de plaisir que pour le premier album. La différence entre le Siger jeune et le Siger vieux, n'est pas belle à voir, l’homme n’étant plus que l’ombre de lui-même. Pour le reste, Watson enquête sur la jeunesse de son défunt (?) colocataire. Je ne vous dis rien de plus.

Pour l'album, c'est vraiment du beau travail de grande qualité qui vous plongera dans l’univers plus que méconnu (inexistant, même) de notre détective préféré. Nous découvrirons la vérité sur le passé de Holmes et l’explication de ses relations plus que houleuse avec le professeur Moriarty. Bon, elle est un peu tarabiscotée, un peu « non canonique » (beaucoup ?), mais chacun sa vision des choses. Les auteurs fument ce qu’ils veulent, après tout.

L’intrigue ainsi dosée ne se dévoile qu’au compte-goutte et nous laisse quand même avide de lire la suite. En espérant que ça bouge un peu plus, tout de même et que l’on voit un peu plus Holmes qui est un grand absent.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite