Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La Maison de soie
La Maison de soie Critique de
La Maison de soie
par Anthony Horowitz
chez Calmann-Lévy
3 novembre 2011
» voir la fiche bibliographique
par
J.-C. Brendin
Ses autres critiques
Excellent, quoique... Novembre 26, 2011

La Maison de Soie est, et restera sans doute, un excellent pastiche. Un récit que S.A.C.D aurait pu écrire et qui fait honneur à son auteur. Rien effectivement ne manque ; tout l'univers de Doyle est présent et bien animé.
Nos deux complices sont plus proches que jamais, sous le regard d'un Watson nostalgique et tendre, fidèle et investi, actif et... fourvoyé comme d'habitude.
Holmes n'a rien perdu de sa superbe dans ses déductions, dans l'anticipation des conclusions des uns et des autres et il est toujours aussi fondamental de répondre à ses questions, surtout lorsqu'elles nous paraissent des plus anachroniques.
Leur monde est décrit superbement, tant dans les personnages gravitant autour d'eux que pour cette cité plusieurs fois millénaire, chère à beaucoup, dont on nous offre une vision innovante, réaliste, bien que peu conventionnelle chez Doyle.

Je suis donc comme ceux et celles qui ont publié une critique ici et ailleurs: globalement ravi de mon investissement.

Alors pourquoi ajouter quelque chose?
Parce que malgré tout le bien que je pense de ce livre, l'aisance avec laquelle l'auteur nous emmène chapitre après chapitre vers des conclusions, certes parfois prévisibles mais où la part de surprise n'est pas absente, un détail ne me paraît pas à la hauteur.
Un détail, c'est vrai, mais tout de même...

Il est arrivé que Sherlock Holmes se soit trompé, ou plus exactement qu'il ait perdu un client ou un des protagonistes de son enquête, parce qu'une suite d'évènements, non portés à sa connaissance, soit intervenue. C'est arrivé oui mais à ma connaissance il n'a jamais mis en danger personnellement qui que ce soit, à part lui ou Watson. Et encore là, les risques étaient de lui connus et les précautions prises pour les minimiser en place, autant que faire ce peut.

Dans ce récit Holmes est directement responsable de la mort d'un des innocents de cette histoire, et non des moindre, au sens où c'est lui qui commandite et paie l'action du dit personnage. Le tout sans l'ombre d'un début de soupçon sur ce que risque son émissaire.
Directement responsable par manque de ... déductions, réflexions et anticipation!
Holmes prévenu, d'une manière sibylline certes mais ce n'est en général pas lui qui s'en plaint, a...oublié! Il ne s'est pas souvenu d'un message énigmatique qu'il avait mis de côté.
Une énigme lui a été envoyée par porteur privé et cela ne l'a pas suffisamment intéressé ou intrigué pour qu’il y consacre un peu de son temps! Une bonne âme a tenté de le prévenir et il n'a pas "percuté"!
Tellement peu vraisemblable, envisageable ou canonique!!

C'est ce qui m'a le plus gêné dans cette histoire par ailleurs, je le répète, excellente.

Reste que La Maison de Soie se lit avec beaucoup de plaisir, et c'est déjà quelque chose!

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite