Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes : Une étude en rouge
Sherlock Holmes : Une étude en rouge Critique de
Sherlock Holmes : Une étude en rouge
par
chez P&T Production
1 octobre 1995
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Fidèle adaptation du roman, mais en plus court. Novembre 17, 2011

Les dessins sont parfois un peu... Comment dire ? Pas tout a fait nets. Les couleurs des arrières plans sont assez sommaires et basiques. Mais je n’ai pas boudé mon plaisir de la relire encore une fois. Pour ceux et celles qui trouvaient que le roman "une étude en rouge" était trop volumineux et qui trouvaient assommant le récit fait par Hope... C’est ce qu’il leur faut. L'histoire est fidèle, mais en images.

Sinon, l’auteur nous dispose même des petits clins d’oeil humoristique... Lorsque Watson raconte la guerre et sa blessure, il est noté « une balle m’a fracassé la jambe » et le dessin montre Watson se tenant... le bras, un peu sous l’épaule... Illustrant bien la faute de SACD qui, dans « une étude en rouge » situait la blessure dans la clavicule avant de la déplacer à la jambe pour « le signe des quatre ».

Autre petit clin d’oeil : à un moment, Holmes fait passer une petite annonce pour retrouver le propriétaire de l’alliance. Le dessin nous montre la petite annonce et juste en dessous, il y en a une autre qui dit « PERDU CHIEN Fox-terrier blanc, répondant au nom de Milou » (il manque juste le « u » final mais on a compris qu’il faisait référence à Hergé).

Un autre : à la fin, Watson montre l’article consacré à la mort de Jefferson Hope. Juste en dessous, on peut lire que l’on parle d’un professeur Mortimer et d’un colonel Blake. Les héros de Edgard P Jacobs. Bref, deux références à deux auteurs belges de la bande dessinée.

Ces petits plus sont assez plaisants et n'entravent rien à l'histoire.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite