Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes : La sangsue rouge
Sherlock Holmes, T1 : La sangsue rouge Critique de
Sherlock Holmes, T1 : La sangsue rouge
par
chez Soleil
1 mars 2001
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Pas mal... Novembre 17, 2011

À Baker Street, une nuit, un mystérieux fiacre rouge dépose, à la porte de Holmes et Watson, un moribond à demi exsangue. Son corps est recouvert de répugnantes sangsues rouges... Berk, que c'est dégouttant !

Je n'avais pas aimé les dessins à l'époque (95) et je ne les aime toujours pas... Watson est assez « enveloppé », madame Hudson est obèse et Holmes a des épaules de débardeur-bûcheron-déménageur.

L'histoire se passe bien évidemment à Londres, en hiver. L'enquête est sombre et elle va nous mener sur les traces du très dangereux et exécrable Moriarty, ennemi juré de Holmes, un savant toujours prêt aux pires expérimentations, qu'elles soient humaines ou autres. Non, il n'est pas mort, selon Holmes et comme lui, il a échappé aux terribles chutes de Reichenbach. Et le professeur Moriarty, depuis sa mort supposée, a trouvé le moyen – apparemment – de se rendre invisible en se jouant des problèmes de "chambres closes" !... Scénariste en manque d'inspiration, sans doute.

Nous passerons des beaux paysages urbains, enneigés, aux rives glauques et embrumées de la Tamise, de clubs sélects en tripots de bas étage, de gens "de la haute" aux filles perdues des bordels sournois et enfumés. Sherlock passe de l'un à l'autre sans s'émouvoir, hautain, suivi d'un Watson plus réceptif, attentionné.

Ceux ou celles qui, comme moi, ont lu les albums de « Ric Hochet » dont le scénariste est le même qu'ici (A-P Duchâteau) savent qu’avec lui au scénario, c'est parfois rocambolesque. À la limite du fantastique et surnaturel.

Bref, si vous la trouvez en occase, achetez-là, sinon, vous n'en mourrez pas si vous ne la possédez pas. Par contre, si vous aimez le surnaturel et les choses pas toujours « nettes », la bédé est pour vous.

J'ai tout de même passé de bons moments avec elle et je viens de la relire.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite