Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La Maison de soie
La Maison de soie Critique de
La Maison de soie
par Anthony Horowitz
chez Calmann-Lévy
3 novembre 2011
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
Deux affaires (inégales) pour le prix d'une. Novembre 14, 2011

La maison de soie, pastiche "autorisé" et accompagné d'une sérieuse campagne publicitaire, est en fait un récit qui mêle deux enquêtes distinctes (celle mettant en cause la maison de soie proprement dite et une autre à propos d'un mystérieux personnage porteur d'une casquette plate).
C'est cette seconde affaire, que l'on retrouvera de loin en loin tout au long du roman, qui ouvre le bal.
Et, si l'on me demande mon avis, ce n'est pas une très bonne idée.
Certes, l'affaire de la maison de soie ne viendrait pas à la connaissance de Holmes sans le meurtre dudit personnage à la casquette plate... cependant, il en résulte une première centaine de pages académiques, sans surprise et, pour tout dire, d'un rare ennui. Bien sûr, les personnages sont fidèles à l'image que l'on garde d'eux (quoiqu'un peu plus ternes)et l'atmosphère des récits de Watson est scrupuleusement restituée mais, je l'avoue, il me fut très difficile de me passionner pour cette enquête à propos de tableaux disparus et de vengeance prenant naissance aux Etats Unis (ce qui nous vaut une longue digression dont les puristes, sans doute, diront qu'elle est tout à fait dans la lignée des deux plus fameuses digressions de Conan Doyle - les épisodes "western" de STUD et VALL- mais qui devrait faire baîller le lecteur lambda).
On est vraiment en territoire trop balisé.
Heureusement, une fois Holmes sur la piste de la maison de soie, Horowitz prend ses distances avec l'imitation servile... non seulement l'atmosphère change (des réalités sociales, totalement absentes du canon, sont mises en avant; le récit et le décor deviennent plus sombres; Holmes, se retrouvant bien malgré lui du mauvais côté de la loi, est mis en péril comme il ne l'a sans doute jamais été dans toute sa carrière) mais les personnages gagnent en épaisseur et en humanité.
Bref, à partir de là, le roman devient nettement plus agréable à lire et même réellement attachant. Sherlock Holmes en prison, son frère Mycroft impuissant à l'aider et Watson provisoirement allié à Moriarty... autant d'éléments inhabituels qui apportent un sang neuf au récit et emportent l'adhésion du lecteur jusqu'à la première conclusion (celle de l'affaire de la maison de soie): pour prévisible qu'elle soit, elle n'en est pas moins réellement horrible (et pas dans le sens qu'imaginent les lecteurs assidus de HOUN !)et contribue à nous montrer Holmes, Watson et même Lestrade plus humains que jamais.
Il reste cependant à terminer l'enquête à propos de l'homme à la casquette plate. Curieusement, dans un premier temps, même si l'on retombe dans l'anecdotique, la solution proposée, contrairement à l'enquête menée, nous scotche vraiment (du genre "Ah ben ça ! J'y aurais jamais pensé!")
Hélas, Horowitz se sent obligé, à la dernière minute, de relier les deux récits de manière plus étroite mais... totalement artificielle (du genre "Attendez ! J'ai encore un lapin dans mon chapeau !").
A l'arrivée, toutefois, il faut reconnaitre que, avec des hauts et des bas, ce pastiche (malgré une traduction souvent maladroite) se lit avec plaisir sinon avec passion.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite