Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La Maison de soie
La Maison de soie Critique de
La Maison de soie
par Anthony Horowitz
chez Calmann-Lévy
3 novembre 2011
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Comme les pièces de deux puzzles différents qui s'imbriquent l'une dans l'autre Novembre 10, 2011

Ce fut avec une joie mêlée d’impatience (pire qu’un gosse le matin de Noël) que j’ouvris le livre pour retrouver le docteur Watson, fort âgé, en train de nous narrer une des aventures qu’il avait vécue avec le grand détective, en 1890, peu de temps après son mariage. Une qu’il n’avait jamais osé raconter... Ma tension montait.

L’aventure commence de manière habituelle : un client, monsieur Carstairs, propriétaire d’une galerie d’art, vient trouver Holmes parce qu’il pense que le seul membre survivant d’un gang de Boston l’a suivi en Angleterre pour accomplir sa vengeance et le tuer.

Jusqu’ici, tout semble banal, hormis la plume d’Horowitz qui a ressuscité avec brio nos deux héros, leur univers, les personnages secondaires, a rétabli quelques vérités au sujet de ce pauvre Lestrade et m’a fait sourire plusieurs fois.

Ensuite, le rythme s’accélère avec un cambriolage, l’entrée en jeu des Irréguliers, un poignardé à mort, un cadavre torturé,... Toutes ces pièces venant se mêler aux premières, nous donnant l’impression que l’on change d’affaire, nous éloignant définitivement de ce ridicule cambriolage et que Holmes ne va pas arriver à démêler cet écheveau. Moi-même je me suis demandée par quelle pirouette l’auteur allait s’en sortir.

Et oui, malgré tout son talent, Holmes va se retrouver confronté à une énigme : qu’est-ce donc que cette « Maison de soie » ?

Même si mon esprit me hurla très vite la réponse (et il avait raison, le vicieux), personne dans l’histoire n’ose y répondre, la question déclenchant même certains comportements agressifs... Mycroft, him-self, subira des pressions et ordonnera à son cadet de stopper tout. Comme s’il pensait pouvoir arrêter son petit frère ! C’était mal connaître Sherlock qui va poursuivre l’affaire et se retrouver en très, très fâcheuse posture, laissant le pauvre Watson bien seul. Faut toujours écouter son grand frère, Sherlock... Quoique, le détective n’avait pas tort de vouloir poursuivre cette croisade, faisant d’elle une affaire personnelle...

Dans sa quête – pas facile – pour aider le détective, le brave docteur croisera brièvement la route d’un personnage bien mystérieux... Celui-Dont-Watson-Ne-Saura-Pas-Le-Nom-Ce-Jour-Là lui fera jurer de ne rien divulguer à Holmes. Une p’tite chute de spoiler ? Non, je ne vous dirai rien de plus.

Mais revenons à notre binôme qui n’est pas celui de Newton : j’ai eu peur pour mon détective préféré et Watson aussi. Nous tremblions de concert... C’était sous-estimer Holmes ! Quand tous se liguent contre lui, il n’en devient que plus brillant, les bluffant, se pavanant presque à leurs nez et à leurs barbes. Brillant, l’ami, très brillant, je n’y ai vu que du feu. Et paf, une claque !

Bien que Watson ait suivi quelques fausses pistes, notre limier a suivi la sienne, finissant par vous emmener dans cette « Maison de Soie » où vous auriez préféré ne pas entrer, je pense, même si l’auteur restera très sobre dans les détails scabreux, vous laissant imaginer l’horreur. J’ai apprécié cette absence de déballage qui aurait fait tache dans l’histoire. Ensuite, lors de la clôture finale de l’enquête, je me suis prise encore deux bonnes claques que je n’avais pas vu venir. Brillantissime ! La pirouette était réussie.

Horowitz a bien fait son travail, semant des tas de références canoniques, mettant des pensées dans la tête de Watson que j’eus plaisir à lire (surtout les questions sur la jeunesse des frères Holmes), rétablissant l’honneur de Lestrade quelque peu malmené, parfois, me faisant lire avec un plaisir sans cesse renouvelé les déductions de Holmes, lui donnant un côté humain lorsqu’il découvre le gamin mort, torturé, un ruban blanc au poignet et qu’il se sent coupable. L’auteur se permettant même de saupoudrer son histoire de la craie blanche d’un mathématicien fourbe...

Au final, l’écheveau fut démêlé, toutes les pièces s’imbriquant l’une dans l’autre, me faisant hausser les sourcils de surprise. Ce fut avec une grande peine que je les quittai ensuite, le livre se refermant sur le mot « fin ». Un goût de trop peu dans ce festin canonique qui n'a fait qu'aiguiser mon appétit insatiable de ce cher détective...



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite