Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » The Hound of the Baskervilles (Matt Frewer)
Critique video
The Hound of the Baskervilles (Matt Frewer)
par
Roland Nicolas
Ses autres critiques
Une mauvaise nouvelle version du Chien des Baskerville Octobre 21, 2000

Est-ce parce que 2001 voit le centenaire de la première édition du Chien des Baskerville ? Toujours est-il que Muse Entertainment entreprises, une société canadienne, vient de produire une nouvelle version du Chien des Baskerville pour la télévision. A la lecture des communiqués de presse, l'événement promettait d'être extraordinaire. Le résultat est très décevant. Le scénario est signé par Joe Wiesenfeld, à qui l’on doit La légende de Sleepy Hollow (il ne s'agit pas du film de Tim Burton mais d'une version télévisée qui vient de sortir en vidéo), et la mise en scène assurée par Rodney Gibbons. Ce dernier déclarait que son film « serait plus terrifiant que toutes les versions précédentes » et qu'il allait « tirer tout le parti possible des éléments surnaturels de ce conte classique ». « Nous allons présenter l'histoire sous un jour plus ambigu. Les spectateurs seront persuadés que la bête est réellement sortie de l'enfer. Nous allons leur faire vivre des sensations fortes et une expérience envoûtante », assurait-il. Les effets spéciaux devaient bénéficier du dernier cri en matière d'imagerie informatisée. Le tournage s'est déroulé entre le 10 juillet et le 9 août dans le vieux Montréal, qui offre un décor exceptionnel, et au Québec où la région de Harrington présente une étrange ressemblance avec les landes du Devonshire.


Le rôle de Sherlock Holmes a été confié à Matt Frewer qu'on a déjà pu voir dans la série télé Max Headroom et, au cinéma, dans Le Cobaye 2 et Chéri, j'ai rétréci les gosses. Le Dr Watson est revenu à Kenneth Welsh qui a déjà glané de nombreux prix d'interprétation et joua dans Crocodile Dundee 2 et interpréta Windom Earle dans Twin Peaks, la série culte de David Lynch.


Auprès d'eux, nous retrouvons Jason London, un jeune comédien qui joue le rôle de Sir Henry Baskerville, et Emma Campbell qui interprète Beryl. Depuis sa diffusion, les avis sur ce téléfilm sont partagés. Kenneth Welsh est jugé comme un bon Watson, capable de soutenir le film à lui seul et de faire une bonne opposition à Matt Frewer qui a choisi de jouer un Holmes arrogant et ennuyeux. Le seul reproche qu'on puisse lui faire est d'être un peu âgé pour le rôle... Jason London est considéré comme un bon Sir Henry. Il a l'âge du rôle (environ 30 ans). Quand au reste de l'équipe, il apparaît bien choisi.


Là où le bât blesse, c'est la prestation de Matt Frewer. Le comédien ne paraît pas avoir pris le rôle au sérieux et a décidé d'en faire une caricature outrancière. D'ailleurs, lors d'une interview, à la question « comment avez-vous approché le personnage de Sherlock Holmes ? », sa première réponse fut un long éclat de rire. Il déclarait ensuite : « C'est vraiment drôle et stimulant de jouer Holmes. Le challenge est de garder une bulle d'humour, sinon celui-ci serait un tout autre personnage. Il a un charme froissant. Il m'a plu qu'il soit aussi intelligent et aussi supérieur aux autres. Il a été joué par tant de comédiens que le public a certaines attentes. Une fois que je les aurai remplies, je pourrai combler les espaces. » Frewer avoue n'avoir jamais lu une aventure de Sherlock Holmes. Il a seulement vu un vieux film avec Basil Rathbone, dont il ne se souvient plus le titre, et un extrait d’un épisode de la Granada... Résultat : la performance de Frewer est mauvaise. Et dès qu'il n'est plus à l'écran, tout redevient bon.


Dernier point noir à ce tableau : le script. Certaines scènes attendues ont disparu et cela perturbe la compréhension de l'ensemble. Malgré tout, il est prévu une série de trois nouveaux épisodes et le tournage du Signe des Quatre a déjà commencé avec la même équipe. Celui des deux suivants est prévu pour le courant 2001.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite