Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles
Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles Critique de
Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles
par Gyles Brandreth
chez 10/18
6 mars 2008
» voir la fiche bibliographique
par
Seven Nana
Ses autres critiques
Un petit voyage temporel ? Juin 29, 2011

Étant une grande admiratrice d’Oscar Wilde, j’étais, on peut le dire, aux anges en trouvant cette collection (j’allais dire trilogie, mais Gyles Brandreth en a vraisemblablement écrit d’autres !) mêlant la vie (fictive mais très bien respectée selon moi) d’un homme mémorable et un meurtre à l’enquête bien maîtrisée.

Double public si on peut dire : les amateurs d’enquêtes et les littéraires mordus de littérature victorienne (étant des deux, oui, je le répète, j’ai trouvé mon bonheur avec ce roman).
Cependant, je ne le conseillerai plutôt qu’à ceux qui sont curieux de lire une histoire mettant en scène à la fois Oscar Wilde, Arthur Conan Doyle et bien d’autre poètes, dramaturges et comédiens populaires de 1889. Je pense qu’une bonne majorité d’entre vous appréciera la fidélité (supposée) sur les personnalités que décrit Gyles Brandreth, mais surtout, le travail de recherches qui se cache derrière ce roman : un bon nombre d’anecdotes sur les années 1890 rendront le récit encore plus vrai et plus entraînant. « C’est comme si on y étiez » est une phrase qui m’a souvent frappé durant ma lecture.

Ceux qui sont plutôt pour les enquêtes seront peut-être déçus par la facilité à résoudre l’énigme (personnellement, j’ai deviné le coupable relativement tôt même si les mobiles restaient un mystère jusqu’à la fin). Enfin, cela dit, ça ne gâche rien au plaisir de la lecture si vous avez un petit côté historien. Et si, surtout, vous voulez vérifier vos hypothèses.

Le seul et vrai regret que j’ai eu pour ce roman serait que Gyles Brandreth m’a rappelé combien j'aurai aimé rencontré Oscar Wilde et Arthur Conan Doyle. C’était presque possible au fil des chapitres, mais une fois le livre refermé, il reste une petit point de tristesse tout de même…

(Précision : on apprend une anecdote vraiment intéressante sur la création du personnage de Mycroft d'ailleurs. Si elle est véridique, j'aime d’autant plus le personnage).

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite