Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La ligue des rouquins (Ed Mille et Une nuits)
La Ligue des rouquins Critique de
La Ligue des rouquins
par Arthur Conan Doyle
chez Mille et une nuits
1 août 2001
» voir la fiche bibliographique
par
Yves Lignon
Ses autres critiques
La sherlockouillonade est une maladie ! Octobre 20, 2001

Apres "Le visage jaune" en 1998, Mille et Une Nuits vient de publier "La


Ligue des Rouquins" suivi de "L'Homme qui grimpait", curieuse réunion de


deux nouvelles écrites à 32 ans d'écart sans que le lecteur non averti en


soit informe un peu comme si le Sherlock Holmes de 1891 etait le meme que


celui de 1923. Et d'une.





La page de garde de REDH nous apprend que le titre original de cette


nouvelle est " The Adventures of SH" et que CREE aurait ete denomme a la


parution "The case-book of SH". Et de deux.





Comme il est d'usage chez Mille et Une Nuits le texte est suivi d'une


postface, d'une chronologie biographique et de references bibliographiques.


Ces deux dernieres sont identiques dans REDH et YELL a un interessant


detail pres. Voir ci-dessous.





Pour YELL la postface est du traducteur Guillaume Villeneuve. C'est un


texte ideologiquement engage en meme temps qu'intelligent et honnete.





Les traductions de REDH et CREE sont celles de la memorable edition Robert


Laffont , la postface de Didier Raymond.On y lit a peu pres un contre-sens


ou (et) un erreur par paragraphe cette tambouille etant fortement


assaisonnee de lapalissades (d'entree : "le nom d'ACD semble a jamais


scelle a celui de SH") et de cuistrerie ( "gothique fantastique").





En pretendant que le cabinet medical ouvert en 1882 a Southsea par ACD a


ete "vite florissant" l'auteur anonyme de la chrono-biographie montre qu'il


n'a pas lu " Souvenirs et Aventures" et en ajoutant qu'en 1918 ACD se


proclame spirite dans "La Nouvelle Revelation" ce meme ecrivassier inconnu


confirme qu'il a bien merite son bonnet d'ame. Bonnet d'ane aux oreilles


de longueur "hors concours" en raison de l'omission des romans historiques


et du cycle Challenger. Et de trois.





Mais le plus beau ce sont ces "references bibliographiques" qui nous


apprennent , oh mystere, que parmi les 81 traductions disponibles "toutes


ne sont pas egalement fondees sur des textes approuves par l'auteur".


Heureusement l'association des amis de SH, oh, oh , mystere des mysteres,


en conseille quelques unes a savoir ... toutes celles couramment


disponibles au jour d'aujourd'hui y compris l'integrale ( mais oui) du


Masque. La seule difference entre les "references " qui ferment YELL et


celles qui terminent REDH se trouve dans une ligne supplementaire


mentionnant parmi les traductions recommandees YELL.... chez Mille et Une


Nuits. Et de quatre, et de cinq...





La sherlockouillonade est une maladie consistant a utiliser SH comme


pretexte pour se regarder le nombril en poussant des cris


d'auto-admiration. Il semble que Mille et Une Nuits ignore jusqu'a son


existence. . Cette maladie est pourtant cause de dommages collateraux chez


les editeurs : elle les empeche de s'adresser a celles et ceux qui sont les


seuls vraiment capables d'ecrire sur le Canon - donc de le faire decouvrir


a d'autres - tout simplement parce qu'ils et elles l'ont lu et aime sans se


prendre au serieux.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite