Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » L'ultime défi de Sherlock Holmes
L'ultime défi de Sherlock Holmes Critique de
L'ultime défi de Sherlock Holmes
par
chez Casterman
14 avril 2010
» voir la fiche bibliographique
par
Monique Claisse
Ses autres critiques
Une vision inattendue de Sherlock Holmes, superbement mise en images Novembre 6, 2010

Cette histoire ne fait pas partie à mon avis des pastiches "canoniques",qui racontent une "untold story" de Watson en respectant toutes les données fournies par Conan Doyle dans ses récits.La vision qui y est donnée de Holmes se base sur le "côté sombre" du grand détective, elle le développe et le pousse à l'extrême, bien plus loin que "Le Secret de Sherlock Holmes", où l'on apprend que Holmes a inventé Moriarty et joué son rôle.Personnellement, je préfère les pastiches canoniques, mais je pense que certains lecteurs peuvent prendre plaisir à des fictions audacieuses comme celle-ci. L'histoire est âpre et rude, car Jack l'éventreur y est présent et...sorry je ne peux pas en dire plus, pour préserver le suspense. Les dialogues sont bien dans le style de Doyle. J'ai beaucoup apprécié les dessins, leur mise en page et leur style très XIX° siècle. Les auteurs connaissent parfaitement la série Granada, et quelques images sont une transposition graphique des films. Pour représenter Sherlock, le dessinateur s'est basé sur Jeremy Brett,dont il a parfaitement capturé les traits, la silhouette, les gestes caractéristiques, l'allure: il a fait un formidable travail de caricaturiste (caricaturiste bienveillant s'entend: l'album est dédié à J.B).A partir du tournant de l'action (vers la page 75), j'ai eu du mal à saisir l'enchaînement des séquences, la logique des événements; il aurait sûrement fallu lire le roman de Michael Dibdin avant la BD, forcément plus elliptique. Quoiqu'il en soit, je suis ravie d'avoir trouvé cette B.D grâce à la SSHF, et je pense qu'elle ferait un beau cadeau pour les fervents de la série Granada.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite