Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Articles » Les billets de banque britanniques dans le Canon
par
Frank Griese
Les billets de banque britanniques dans le Canon Novembre 12, 2012

Frank Griese, membre SSHF de Bruxelles, explique le système complexe des billets de banque britanniques et leur apparition dans les aventures de Sherlock Holmes.

Qu'ils soient froissés au fond d'une poche ou soigneusement pliés dans un portefeuille, les billets de banque sont devenus des objets de notre quotidien. En revanche, Sherlock Holmes ou le docteur Watson étaient peu susceptibles d'en avoir sur eux dans la vie courante car, vers la fin du XIXe siècle, l'argent circulait essentiellement sous forme de pièces de monnaie en Angleterre. Et pour cause !

A l'époque, une gouvernante pouvait espérer gagner £4 par semaine (COPP, 67) et le salaire d'un fonctionnaire ministériel tel que Mycroft, le frère de Sherlock Holmes, s'élevait à £450 par an (BRUC, 57). L'homme de la rue n'avait donc dans ses poches qu'une poignée de shillings et de pence, et plus rarement quelques souverains or (pour les différentes dénominations des pièces de monnaie). Cette monnaie abondante était parfois rangée dans un porte-monnaie. On ne trouve d'ailleurs dans le Canon aucune référence à un portefeuille (wallet, billfold, portfolio), mais on y trouve bien plusieurs porte-monnaie (Purse : STUD, 573 ; STUD, 1 310 ; SCAN, 479 ; SILV, 184 ; BRUC, 127), et on apprend même que Watson a sur lui cinq demi-couronnes (DYIN, 162-163).

De plus, les billets de banque de l'époque sont d'une conception très rudimentaire. Ils sont imprimés à l'encre noire sur une seule face d'une feuille de papier blanc de 8 1/4 par 5 1/4 pouces (soit 211 mm x 133 mm). Jusqu'en 1945, les coupures de £5 sont légèrement plus petites : 7 11/16 x 4 11/16 pouces... Inscrivez-vous gratuitement pour lire les articles en entier.




---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite