Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Articles » Mythe littéraire et enquêtes révolutionnaires
par
Jean-Pierre Cagnat
Mythe littéraire et enquêtes révolutionnaires Septembre 17, 1997

Article de Jean-Pierre Cagnat, membre SSHF, paru dans Le Monde du 17 septembre 1997 :

Il a beau être l'un des auteurs les plus célèbres de la planète, ce fut sûrement l'un des plus malheureux ! A vingt-huit ans, ce jeune médecin, baraqué comme un joueur de cricket (qu'il était) ou un pêcheur de baleine (qu'il fut), amateur d'histoires policières, agacé par le simplisme des intrigues des magazines victoriens, décide de s'amuser à écrire. Il veut offrir aux lecteurs autre chose qu'une suite de hasards douteux, de coups de théâtre grossiers. Il souhaite les mener du début de l'intrigue à sa solution par les voies du raisonnement et de la déduction. Il veut suivre un processus scientifique et, pour tout dire, mathématique.

La première publication a lieu en 1887. C'est Une étude en rouge. Arthur Conan Doyle vient de créer Sherlock Holmes. Sans le savoir, l'ancien élève du docteur Bell, qui sidérait ses étudiants par ses déductions fulgurantes, invente un mythe littéraire en même temps qu'il révolutionne les méthodes policières. Un programme qui suffirait à n'importe quel être humain. Pas à lui... Le voilà qui se trouve dépassé par la taille de son personnage et le succès grandissant de son héros. Oui, c'est vrai, Sherlock lui apporte la notoriété, l'aisance matérielle. Mais le détective étouffe de sa grande ombre penchée toute autre velléité chez son auteur, toute entrée en littérature, la seule, la vraie, celle du roman gothique et historique, la littérature à la Walter Scott.

Et Sir Arthur est malheureux.... Inscrivez-vous gratuitement pour lire les articles en entier.




---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite