Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Articles » Piltdown : escroquerie de Conan Doyle ?
par
Takeshi Shimizu
Piltdown : escroquerie de Conan Doyle ? Janvier 1, 2002

Mr Takeshi Shimizu, membre de la SHSL et de la SSHF, présente l'affaire mélant Conan Doyle à cette supercherie paléontologique.

L'archéoraptor, présenté comme le chaînon manquant entre dinosaures et oiseaux mais qui est, en fait, un assemblage artificiel, est loin d'être la première supercherie scientifique, dont la plus célèbre, en paléontologie, est celle connue sous le nom d'Homme de Piltdown. En 1912, Charles Dawson, avocat et archéologue amateur, avait exhumé un crâne humain dans une carrière de Piltdown, dans le Sussex (Grande-Bretagne). Pendant des décennies, malgré quelques réticences, les scientifiques pensaient détenir là une preuve convaincante sur l'apparition des ancêtres de l'homme moderne. Mais en 1954, des analyses plus poussées d'Eoathropus dawsoni ont démontré que la boîte crânienne venait d'un homme mort voici quelques millénaires. La mâchoire, censée donner au reste une touche primitive, provenait d'un orang-outan actuel, le tout vieilli par une patine obtenue en les trempant dans des bains chimiques. L'auteur de ce montage n'a jamais été démasqué. On a accusé de nombreuses personnes, dont Charles Dawson lui-même, le célèbre anatomiste anglais de cette époque, Arthur Keith, et... Arthur Conan Doyle qui aurait eu des comptes à régler avec quelques scientifiques opposés à ses convictions spirites. Certains accusateurs de Doyle ont vu dans Le Monde perdu, des indices démontrant la culpabilité de l'écrivain.

Parmi les derniers suspects, un homme resté longtemps à l'ombre, Martin Hinton, conservateur du département de zoologie... Inscrivez-vous gratuitement pour lire les articles en entier.




---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite